Home La vision stéréoscopique

La vision stéréoscopique

Envoyer Imprimer PDF

La stéréopsie (du grec stereos « solide » et opsis «  vision » ) désigne la capacité du cerveau à percevoir le relief grâce à la vision binoculaire. Elle a été décrite pour la première fois en 1838 par Charles Wheatstone, qui expliqua que l'esprit percevait un objet en trois dimensions grâce à la projection d'une image dissemblable de celui-ci sur la rétine de chaque oeil.

Charles Wheatstone

Il reproduisit cette sensation en plaçant côte à côte deux objets identiques, qu'il observa en modifiant la convergence naturelle de sa vision (fig. 2) afin de percevoir un unique objet en relief. Cette technique de vision assez peu confortable pour des yeux non entraînés est encore utilisée de nos jours, notamment pour l'observation des autostéréogrammes en vision parallèle (fig. 3) ou croisée (fig. 4).

La technique de vision libre

Il expliqua ensuite qu'en présentant non pas deux objets identiques mais deux projections en perspective du même objet, l'esprit percevrait toujours un objet unique en trois dimensions. Il introduisit alors un appareil qu'il nomma stéréoscope qui permettait de percevoir ce relief de façon aisée, par l'observation de deux dessins en perspective d'un même objet.

La technique du stéréoscope de Wheatstone

C'est le point de départ de la stéréoscopie (du grec stereos « solide » et skopein « observer, examiner ») qui désigne l'ensemble des techniques permettant d'obtenir une perception du relief à partir de deux images planes.

Mise à jour le Lundi, 01 Novembre 2010 04:09